J’ai lu… La vérité sur Alice de Jennifer Mathieu

 

couv34766516

 

Titre : La vérité sur Alice (VO : The truth about Alice)

Auteur : Jennifer Mathieu

Pays : Etats-Unis

Année : 2014

Editions lue : PKJ

o

o

 


 

Ce qui m’a attirée ?

J’ai été attirée par ce livre à cause (grâce à ?) d’une curiosité tout à fait humaine de vouloir connaître la vérité. Quelle est cette fameuse vérité dont il est question ? Dès la lecture de la quatrième de couverture, je voulais en savoir plus. Et puis, lorsque Ellielivre a expliqué dans sa vidéo qu’il y avait plusieurs points de vue, mais pas celui d’Alice. Alors je me suis dit que je tenais là quelque chose d’original, un livre qui sortait de l’ordinaire. Aussi, le thème du harcèlement scolaire semble (enfin) faire de plus en plus de bruit et il peut être intéressant de lire sur ce thème, ne serait-ce que pour comprendre une partie des mécanismes de ce “phénomène” qui nous concerne tous finalement.


Ce que j’en pense maintenant ?

Pour revenir sur ce qui fait l’originalité de ce roman, ce sont les points vue et surtout le fait que le personnage principal ne parle pas. Au contraire, ce sont les autres personnages, son entourage qui racontent son histoire, ou du moins leur version de son histoire ! Chacun apporte son grain de sel et les on-dits finissent par devenir des vérités, chacun la sienne. On ne sait plus qui a raison, qui a tort, mais la vérité d’Alice finit par se découvrir au fur et à mesure, comme la lumière au bout du tunnel qui grossit à mesure qu’on se rapproche de la fin.

Malheureusement, j’ai été un peu déçue par les personnages. Non pas qu’ils étaient fades, mais je m’attendais à des personnalités plus variées et je me suis souvent perdue entre tous les personnages. J’avais peut-être trop d’attentes ? Mais, il y a tout de même un élément qui m’a plu, c’est que les personnages n’étaient pas tous mauvais, ni tous parfaits. Ce ne sont pas des adolescents foncièrement méchants qui veulent la mort d’une camarade, mais plutôt des jeunes qui se laissent porter par une vague qui finit par leur échapper. Chacun pensant détenir la vérité et ne comprenant pas l’ampleur d’un simple mot.

La “chute” est d’ailleurs assez évidente. Dès lors qu’on rencontre le personnage de Kurt, on sait quel va être son rôle… Il y a bien quelques surprises, mais pas de grosses révélations : la vérité se dévoile petit à petit.

Cependant, je tiens à nuancer mon propos. En effet, ce roman n’est pas censé être un récit d’aventure, mais plutôt une exploration de la psychologie adolescente (et surtout humaine) qui peut amener des jeunes à se faire autant de mal sans vraiment s’en rendre compte. Le livre souhaite explorer les mécanismes qui se mettent en place à cause d’une certaine pression sociale. Par ailleurs, il est à noter que, même si cela est aussi présent en France, l’importance de la réputation est très marquée aux États-unis (pays d’origine de l’auteure). Dès le début, on constate que tous les personnages ont des choses à cacher et Alice devient alors le voile qui viendra cacher les secrets. C’est un peu comme si Alice avait été choisie pour porter le poids des secrets de tout le monde. Mais les mensonges s’accumulent, s’entremêlent et se perdent. A cela s’ajoute la jalousie, la honte ou encore la peur du regard des autres. Mais une fois les rumeurs lancées, chacun perd le contrôle, la rumeur enfle et on s’empêtre dedans sans pouvoir en sortir. Les mots sont féroces et il faut les manier avec précaution au risque de blesser des gens. Tel est le message du livre.


Ce que j’en retiens :

J’ai mis un peu de temps à lire ce livre, il a pris plus de temps que prévu. J’ai apprécié ma lecture, mais je ne l’ai pas dévoré. Parce que le récit n’est pas aussi actif que ce que je peux avoir l’habitude de lire (en même temps, ce n’est pas évident de passer d’une dystopie à un drame contemporain).

Mais, je le recommanderai quand même car le message principal du livre tient dans la force que peuvent avoir les mots. Et qu’il peut permettre à des jeunes gens de saisir l’importance de bien choisir les mots qu’ils utilisent et surtout qu’il est dangereux de véhiculer des rumeurs infondées alors même qu’elles paraissent insignifiantes (effet boule de neige, en fait).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s